Préparez votre visite

Quick Links:

À savoir avant de venir au Parc national Picos de Europa

  • La circulation motorisée à l’intérieur du Parc national se limite aux routes qui le traversent et à un petit nombre de pistes non réservées aux services du Parc ou aux éleveurs ou propriétaires du sol et signalisées comme telles.
  • La quasi-totalité du Parc national peut être parcourue à pied, à l’exception des zones définies comme réserves. Dans les zones à accès restreint, les visiteurs pourront emprunter uniquement les chemins, les sentiers et les voies d’escalade balisés à cet effet.
  •  Les visiteurs sont tenus de respecter les propriétés privées et de refermer les barrières de prairie qu’ils trouveront sur leur parcours.
  • Toute activité susceptible de perturber la tranquillité du site, notamment celle du bétail et de la faune sauvage, est à proscrire. De même, les visiteurs sont invités à respecter les autres usagers du Parc national.
  • Il est interdit de prélever des spécimens ou des fragments d’animaux, de végétaux ou de minéraux dans cet espace naturel. Seules sont autorisées leur utilisation par les populations voisines du Parc et les activités de recherche réglementées.
  • Les visiteurs sont tenus de ne pas faire fonctionner de postes de radio ou tout autre dispositif générateur de bruit.
  • Les graffiti et les inscriptions sur les pierres et les arbres ne sont pas autorisés. En dehors des zones d’habitation traditionnelle (c’est-à-dire le centre des villages), toute activité susceptible de causer un incendie de forêt doit être impérativement évitée. L’utilisation des camping-gaz ou des barbecues au charbon de bois est limitée aux espaces dégagés des aires de pique-nique. Si vous êtes témoin(s) d’un départ de feu de forêt, vous devez immédiatement prévenir les gardes du Parc ou appeler le 112 (numéro d’appel d’urgence). Essayez d’éteindre l’incendie si, toutefois, vous vous trouvez à une distance du feu qui le permet et si votre condition physique le permet également.
  • Veillez à maintenir le Parc national propre. Il est vous demandé, dans la mesure du possible, de ramener les déchets jusqu’à la ville la plus proche pour les recycler et désencombrer ainsi les poubelles du Parc. Rappel : il est strictement interdit de laisser, déposer ou jeter des déchets de quelque nature que ce soit en dehors des poubelles et des conteneurs.
  • À l’exception des chiens de bergers et du bétail, les chiens et autres animaux domestiques doivent être correctement tenus en laisse et rester à proximité de leurs maîtres.
  • La baignade est interdite dans les eaux lacustres et fluviales du Parc national, sauf zones de baignade habilitées à cet effet dans les zones d’habitation traditionnelle dûment signalisées.
  • Le lavage des véhicules n’est pas autorisé. Le nettoyage d’ustensiles et le lavage de vêtements s’effectueront uniquement avec du savon. L’emploi de lessive en poudre ou liquide, d’eau de javel ou de tout autre produit de nettoyage est interdit.
  • Afin de garantir la pureté visuelle du paysage, les cerfs-volants, les ballons à gaz ou à air chaud, l’aéromodélisme (y compris les drones), les deltaplanes et les parapentes ne sont pas autorisés.
  • La pratique de sports extrêmes comme le canyoning, la nage en eaux vives, le kayak, le rafting, etc. n’est pas permise dans le Parc national, sauf dérogation exceptionnelle.
  • Le camping sauvage n’est pas autorisé. Seuls sont autorisés le bivouac ou le camping de nuit à une altitude supérieure à 1 600 mètres, à condition que la tente soit montée une heure avant le coucher de soleil et démontée une heure après le lever du soleil.
  • Les parasols de couleurs vives ne peuvent pas être utilisés à l’intérieur du Parc national.
  • La chasse et la pêche sont interdites, sauf exceptions dûment fixées dans la réglementation applicable au Parc national.
  • Les visiteurs sont invités à suivre les indications relatives au bon usage de l’espace naturel fournies par les gardiens du Parc et les autres agents représentant les autorités.

NOUS VOUS SOUHAITONS UNE TRÈS BELLE VISITE DU PARC NATIONAL PICOS DE EUROPA !


Comment se rendre au Parc national Picos de Europa ?

VOUS VENEZ DES ASTURIES ?
Depuis la ville d’Oviedo, prendre la N-634 jusqu’à Arriondas, puis la nationale N-625 jusqu’à Cangas de Onís. Deux possibilités s’offrent aux visiteurs pour gagner le Parc national Picos de Europa depuis Cangas de Onís. Première possibilité, vers le sud : prendre la nationale N-625 en direction d’Amieva (accès à la vallée d’Angón et à la voie spectaculaire appelée « Senda del Arcediano »), puis au niveau de Precendi, tourner en direction de San Román et d’Amieva, Sajambre et Puerto del Pontón. Deuxième possibilité, vers le versant nord : continuer jusqu’à Soto de Cangas par la route principale AS-114. Au croisement suivant, deux possibilités à nouveau : soit continuer en direction des communes d’Onís, de Cabrales et de Peñamellera sur la même route (AS-114), soit prendre la route principale AS-262 en direction de Covadonga, puis l’embranchement CO-4 pour monter vers les lacs d’Enol et de La Ercina. À Arenas de Cabrales, une première possibilité consiste à prendre un embranchement en direction de Poncebos (point de départ de la célèbre voie « Senda del Cares », qui abrite la station inférieure du funiculaire menant au village pittoresque de Bulnes) et de Camarmeña, où se trouve le célèbre point de vue de l’Urriellu. Continuer sur la route principale AS-264 pour rejoindre deux villages aux paysages spectaculaires : tout d’abord Tielve, puis Sotres (point de départ du sentier pédestre le plus fréquenté vers le pic de l’Urriellu ou « Naranjo de Bulnes »). Rejoindre ensuite la commune de Tresviso, en Cantabrie, où la route prend fin, pour laisser la place à l’impressionnant sentier de marche d’Urdón (qui descend vers les gorges de La Hermida). Deuxième possibilité à Arenas de Cabrales : continuer sur la route principale AS-114 en direction de Panes, puis soit prendre l’embranchement qui mène du hameau de Mildón à celui d’Oceño, point d’entrée du Parc national au niveau du lieu-dit de Peñamellera Alta, où vient d’être balisé un nouveau sentier pédestre en forme de « Y » qui mène à San Esteban de Cuñaba et Tresviso, soit continuer sur la route principale AS-114 en longeant la rivière Cares et, une fois à Panes, rejoindre la nationale N-621 jusqu’à Rumenes. Prendre alors la direction de San Esteban de Cuñaba et de Cuñaba aux paysages spectaculaires, au niveau du lieu-dit de Peñamellera Baja.

VOUS VENEZ DE SANTANDER (CANTABRIE) ?
Depuis Santander, prendre l’autoroute du Cantabrique A-8 (Autovía del Cantábrico) jusqu’à Unquera, puis sortir pour rejoindre la nationale N-621 en direction de Panes. À Panes, deux possibilités : soit prendre la route principale AS-114 en direction d’Arenas de Cabrales pour gagner les massifs montagneux depuis le versant nord (voir description du point « Vous venez des Asturies ? ») ou continuer sur la nationale N-621 en direction de Potes, d’où explorer San Esteban de Cuñaba et Cuñaba (voir la même description), soit rejoindre le massif oriental depuis La Hermida en prenant la route pour Bejes (point de départ du sentier de marche vers les zones spectaculaires d’Ándara sur les hauteurs), soit rejoindre Tresviso depuis Urdón, en empruntant l’impressionnant sentier de marche également décrit au point précédent. Enfin, en continuant sur la nationale N-621 et au niveau de Potes, rejoindre le versant sud des Pics d’Europe par la route qui mène à Fuente Dé, point de départ de l’impressionnant téléphérique qui, au pied de Peña Vieja, parcourt un dénivelé de près de 1 000 mètres en quelques minutes. Autre option à Potes : continuer sur la nationale N-621, passer le col de San Glorio, puis la commune de La Reina dans la province de León avant de rejoindre les zones de Valdeón et de Sajambre sur le versant du Parc national situé dans cette province.

VOUS VENEZ DE LEÓN (CASTILLE-ET-LEÓN) ? (vers les zones de Valdeón et de Sajambre)
Depuis la ville de León, prendre la nationale N-601 jusqu’à Mansilla de las Mulas, où rejoindre la nationale N-625. Sortir en direction de Cistierna et Riaño.
À Riaño, continuer sur la nationale N-625 en direction de Cangas de Onís pour rattraper la vallée de Valdeón (Caldevilla, Soto, Posada, Prada, Santa Marina, Cordiñanes et Caín, point de départ de la voie « Senda del Cares » sur le versant du Parc national situé dans la province de León). Avant d’arriver au col de Pontón, prendre ensuite la route provinciale LE-2711 en direction du col de Panderruedas. En continuant sur la nationale N-625 jusqu’au col de Pontón, nous arrivons à Oseja de Sajambre, chef-lieu de la commune de Sajambre, dont tout le territoire fait partie du Parc national. Des sentiers de marche extraordinaires partent du hameau de Soto de Sajambre pour rejoindre le beau lieu-dit Majada de Vegabaño, au pied du pic Peña Santa. Si l’on poursuit sur la même nationale N-625, nous rejoignons le versant du Parc de la communauté autonome des Asturies, déjà décrit.
Pour rejoindre la vallée de Valdeón en prenant la nationale N-621 en direction de Potes à Riaño, tourner à Portilla de la Reina vers le col de Pandetrave. Depuis le col, aller jusqu’à Santa Marina et Posada de Valdeón, à l’intérieur du Parc national. En continuant en direction de Llánaves de la Reina et du col de San Glorio, toujours sur la N-621, nous arrivons à Potes, point d’entrée au Parc côté Cantabrie, que nous avons déjà décrite.

Service de transports en commun vers le Parc national et règlementation des accès aux lacs et à Covadonga

Le Parc national Picos de Europa est desservi en bus et en taxi depuis les villages situés dans la zone d’influence du Parc.
Un plan d’accès aux lacs de Covadonga grâce aux transports en commun est dressé chaque année dans un souci de protection du Parc national Picos de Europa. Ce plan réglemente l’accès au site (du rond-point de Covadonga), limite l’utilisation de véhicules particuliers (automobiles et motos) et instaure un service de transports en commun les jours de forte affluence, soit à Pâques, pendant la période estivale (principalement de la dernière semaine de juillet jusqu’à la première semaine de septembre, avec des variations éventuelles communiquées en temps voulu par les médias), ainsi que pendant les ponts en Espagne. Le reste de l’année, l’accès aux lacs ne fait l’objet d’aucune restriction pour les véhicules particuliers. Néanmoins, en cas d’embouteillages en direction des lacs, l’administration du Parc national peut décider de mesures complémentaires pour interrompre provisoirement la circulation.

Les autobus ne peuvent pas accéder au parking situé à proximité du lac de La Ercina. Ils doivent obligatoirement se rendre jusqu’au parking signalisé de l’aire de services de Buferrera. En période de circulation réglementée pour l’accès au site des lacs de Covadonga, les autobus assurant le service doivent être munis d’une autorisation, obtenue auprès de l’entité Consorcio de Transportes de Asturias (CTA) (tél. : +34 985 105 858 ; courriel : info@consorcioasturias.com).

Remarque : le Sanctuaire de Covadonga est en accès libre pendant toute l’année. Toutefois, en période de forte affluence, l’accès est conditionné à la disponibilité des places de parking sur le site du sanctuaire.


Peut-on camper dans le Parc national ?

Les visiteurs peuvent camper uniquement dans les campings agréés du Parc national Picos de Europa et à proximité des villages (pâtures avoisinant les zones d’habitation) avec, dans ce cas, l’autorisation du propriétaire du terrain.
En dehors de ces normes strictes, un randonneur pourra installer une tente uniquement si, lors de la traversée d’un massif, il est surpris par la nuit alors qu’il se trouve à une altitude supérieure à 1 600 mètres. Dans ce cas exceptionnel, le bivouac est autorisé (montage de la tente au plus tôt 1 heure avant le coucher du soleil, au crépuscule, et démontage de la tente au plus tard 1 heure après le lever du soleil, à l’aube). Par ailleurs, quand toutes les places d’un refuge sont occupées, l’installation de tentes autour du refuge est autorisée, dans la limite de 10 % du total de places du refuge. Le montage et le démontage de la tente suivront alors les mêmes règles que le bivouac (les tentes ne peuvent pas rester installées pendant la journée).

Les campements de jeunes pourront uniquement être installés, et les activités organisées avec ce type de public, avoir lieu, à proximité des villages, conformément aux indications précédentes. L’autorisation des services jeunesse compétents des communautés autonomes concernées et celle de la Direction du Parc national seront requises.

Signalons que les plaintes les plus fréquentes présentées par les gardiens du Parc national et l’entité SEPRONA portent principalement sur le camping non autorisé.


Peut-on faire du feu dans le Parc national ?

Non. Conformément à la réglementation en matière de protection de l’environnement, il est strictement interdit de faire du feu sur le site. La seule dérogation à la règle concerne les travaux de gestion réalisés par l’administration du Parc national à des moments très concrets et de façon contrôlée.


Peut-on boire l’eau des sources, fontaines, ruisseaux et rivières du Parc national ?

Toutes les fontaines ou sources en dehors des villages (beaucoup, notamment les plus accessibles, étant signalisées à cette fin) sont considérées comme délivrant de « l’eau n’ayant pas fait l’objet de contrôles sanitaires ». Si cette eau n’est pas nécessairement impropre à la consommation, elle ne saurait être garantie comme étant potable du fait que les contrôles sanitaires réguliers pour en évaluer la qualité ne peuvent pas être effectués. De toute évidence, les problèmes de salubrité de l’eau des zones situées à plus basse altitude pourraient être plus importants en raison de la plus forte concentration de bétail. D’autre part, chaque personne pourra réagir différemment selon qu’elle consomme habituellement ou non de l’eau de la région.


Le Parc national dispose-t-il d’une couverture réseau pour téléphonie mobile ?

Aucune antenne relais de téléphonie mobile ne peut être installée dans le Parc national en dehors des villages, notamment dans un souci de conservation du paysage. De nombreuses zones du Parc ont toutefois du réseau, d’une compagnie ou d’une autre. Il suffira au visiteur de se déplacer de quelques mètres (notamment dans les zones ayant vue sur les vallées externes à l’espace protégé) pour avoir du réseau. Il existe, sur une grande partie du Parc, une couverture suffisante pour les appels d’urgence.


Les animaux de compagnie sont-ils admis dans le Parc national ?

Tous les animaux de compagnie doivent être maîtrisés par leur maître (tenus en laisse), dans la mesure où le Parc national bénéficie d’un régime de chasse spécial et que le bétail, abondant à certaines périodes de l’année, ne doit pas être dérangé.


Le prélèvement de plantes, de leurs fleurs ou propagules, d’animaux, de leurs œufs ou petits, ou d’éléments géologiques est-il autorisé dans le Parc national ?

Ces activités sont interdites dans les espaces protégés, en vertu de la réglementation espagnole relative à la conservation de la nature et de la réglementation propre au Parc national.


Peut-on remettre des animaux en liberté ou introduire des plantes dans le Parc national ?

Non. Ces activités sont interdites pour éviter le risque de transmission de maladies à la flore et à la faune autochtones et pour éviter les hybridations ou la concurrence pouvant entraîner leur dégénérescence.


La circulation de véhicules motorisés (automobiles, 4×4, motos, quads, etc.) sur les pistes et les chemins du Parc national est-elle autorisée ?

Indépendamment des usagers qui bénéficient d’une  autorisation (propriétaires du sol, éleveurs et autres détenteurs de droits concernant certaines zones, prestataires de transport public expressément autorisés par la Direction du Parc national et les services de l’Administration), ce type de véhicules peut uniquement circuler sur un petit nombre de pistes spécifiquement signalisées à cet effet. La circulation sur toutes les autres routes est interdite. En l’absence de signalétique autorisant la circulation sur une piste, les visiteurs sont invités à ne pas y circuler, sous peine d’être dénoncés par les gardiens du Parc national ou l’entité SEPRONA.

Il est, par ailleurs, interdit de circuler « à travers champs ».

Parvenus à un point au-delà duquel la circulation motorisée est impossible, les visiteurs doivent veiller à stationner leur véhicule de la meilleure manière possible afin de ne pas gêner le passage des véhicules d’urgence (ambulances, camions-citernes des pompiers, etc.).


La circulation des vélos tout terrain (VTT) est-elle autorisée dans le Parc national ?

Les VTT peuvent circuler uniquement sur les pistes ouvertes aux véhicules motorisés et sans signalétique qui interdirait l’accès des VTT.

À ce titre, rappelons qu’une route de terre ou un sentier ne sont pas une piste (c’est-à-dire une infrastructure ayant nécessité l’intervention de machines pour compenser les volumes provenant du déblai et les talus correspondants, et qui comporte des ouvrages d’art comme des ponts, des passages d’eau, des ralentisseurs, etc.).

Enfin, il est interdit de circuler « à travers champs » ou sur les routes de terre ou les sentiers avec un VTT. Il est, en outre, interdit de circuler avec un VTT sur les voies « Senda del Cares », « Senda del Arcediano », « Sendero de Urdón » et autres sentiers compte tenu du risque important de précipiter dans le vide d’autres usagers randonneurs ou d’accident pour soi-même.


Le survol du Parc national (avion, avion léger, hélicoptère, ballon, drone, parapente, deltaplane, costumes d’homme-oiseau, etc.) est-il autorisé ?

Non. Selon les termes de la Loi espagnole 30/2014, du 3 décembre 2014, relative aux Parcs nationaux (article 7.3.e), il est interdit de survoler les Parcs nationaux à moins de 3 000 mètres du sol, sauf dérogation expresse ou en cas de force majeure. De ce fait, toute opération de ce type exige une autorisation de l’administration du Parc national, qui sera accordée exclusivement au titre d’actions de conservation, de protection des ressources naturelles ou des infrastructures, de ravitaillement des refuges ou de réalisation de travaux avec permis et, de manière exceptionnelle, pour le suivi d’activités autorisées, pour lesquelles le survol de ces engins est impératif ou d’activités analogues.

L’emploi de drones sans autorisation de l’instance d’administration du Parc national est également interdit en raison des dérangements occasionnés à la flore, à la faune, au bétail ou aux autres usagers de cet espace protégé.


Peut-on faire des photos et filmer librement dans le Parc national ?

 

Oui, les photos et les vidéos sont autorisées sur le site. Elles sont toutefois réservées à un usage privé. La réalisation de prises de vue dans un but commercial est soumise à l’autorisation préalable de l’instance chargée de l’administration du Parc national.


La baignade est-elle autorisée dans les rivières, lacs et lagunes du Parc national ?

Non. Cette activité est interdite afin de ne pas modifier les conditions naturelles de l’habitat aquatique.


Est-il possible de laver du linge et des ustensiles dans les fontaines, rivières, ruisseaux, lacs et lagunes du Parc national ?

Ces activités sont autorisées uniquement si elles sont effectuées avec du savon neutre (cubes ou rectangles de savon traditionnel). L’emploi de lessive ou d’autres produits de nettoyage est interdit.

Il est néanmoins vivement recommandé d’éviter ces activités, sauf si elles se révèlent absolument nécessaires, par exemple en cas de traversées en haute montagne sur plusieurs jours.


La navigation (canoë-kayak, barque, engins gonflables, etc.) sur les rivières, lacs et lagunes du Parc national est-elle autorisée ?

Non, cette activité est interdite.


Le canyoning est-il autorisé dans le Parc national ?

Non. Ce type d’activités est interdit dès lors qu’il altérerait le milieu aquatique et la flore singulière aux abords des zones fluviales, pentes abruptes et falaises.

La Direction du Parc national peut exceptionnellement autoriser ce type d’activités si elles s’inscrivent dans le cadre d’études ou de travaux scientifiques et sont, à ce titre, strictement nécessaires.


La pratique d’autres sports à risque (nage en eaux vives, base jump, saut en parachute, saut à l’élastique, etc.) dans le Parc national ?

Ces activités ne sont pas autorisées, pour des raisons analogues à celles déjà mentionnées.


Le Parc national accueille-t-il des activités de chasse ? La pratique de la pêche est-elle autorisée ?

Des activités de chasse existent toujours sur le versant du Parc national de la province de Léon, avec toutefois un caractère exceptionnel. Il en va de même concernant la chasse au sanglier sur le versant de la communauté autonome de Cantabrie. Cette situation s’explique par l’acquisition pendante des droits de chasse par l’État espagnol auprès de leurs bénéficiaires (les municipalités).

En période de chasse (de fin septembre jusqu’en février pour les battues), les organisateurs sont tenus de baliser les accès à la zone réservée à la chasse afin d’avertir d’autres usagers éventuels et/ou les randonneurs. Les bureaux d’accueil du Parc national renseigneront les visiteurs à ce sujet.

Lorsque l’acquisition de ces droits se matérialisera, une procédure de négociation doit s’ouvrir. Il est prévu qu’elle donne lieu à une indemnisation importante. S’ensuivra la mise en place d’un « régime de contrôle », avec la possibilité de mettre exceptionnellement en place des activités de contrôle nécessaires des populations pour les espèces concernées, en raison de déséquilibres (surpopulation), d’un risque pour les personnes, le bétail ou les cultures, ou de conséquences néfastes pour d’autres espèces menacées. Ces contrôles de la population sont effectués par du personnel spécialisé et exigent une formation scientifique et technique.

Les activités de pêche sportive ou commerciale ne peuvent pas être pratiquées (et sont interdites) dans le Parc national. Il existe toutefois une exception provisoire sur le versant de la province de León, où la pêche récréative avec repeuplement est autorisée conformément à la réglementation annuelle, jusqu’à uniformisation de cette modalité avec le critère général en vigueur dans le reste du Parc national et établi par la Loi espagnole 30/2014.


Quelles sont les mesures de sécurité minimales à respecter pour la randonnée et l’alpinisme dans le Parc national ?

Éviter le danger est une responsabilité qui incombe, en premier lieu, à tout un chacun. Ces mesures de sécurité pourraient se résumer ainsi :
– Toujours emporter un vêtement chaud et des chaussures adaptées. Le froid et la pluie peuvent surprendre le visiteur à tout moment.

– Bien mesurer ses forces. Si vous n’êtes pas sûr de votre condition physique, ne vous lancez pas dans une excursion qui requiert un effort important.

– L’eau destinée à étancher la soif peut être très rare en été et en automne. De même, cette eau n’est pas traitée. Il convient d’emporter de l’eau en quantité suffisante pour la randonnée prévue.

– Le brouillard est l’ennemi numéro un en haute montagne. Des brumes soudaines et très épaisses (localement appelées « encainadas ») sont fréquentes dans le Parc national Picos de Europa. Même si vous pensez connaître le terrain sur lequel vous vous déplacez, mieux vaut attendre que le brouillard se lève et chercher à se mettre au moins un peu à l’abri avant d’être encerclé.

– Les forces diminuent avec l’effort et c’est d’autant plus vrai dans cette orographie complexe. Il convient de toujours emporter un en-cas avec soi.

– Si vous vous perdez, cherchez où vous abriter et attendez les secours.

– Si vous prévoyez de parcourir le massif seul, vous devez informer les refuges et vos proches de l’itinéraire et de la durée prévue de l’excursion et/ou faire figurer ces informations sur votre tableau de bord.

– Le réseau de téléphonie mobile est limité dans le Parc et, selon l’endroit où vous vous trouverez, vous ne pourrez pas forcément téléphoner en cas d’urgence. Il convient toutefois d’emporter votre téléphone. En cas d’urgence, appelez le 112 (numéro d’appel d’urgence).

– En période d’hiver, le risque d’avalanches est fréquent après des périodes d’enneigement important et du fait du changement des conditions climatiques. L’Agence espagnole de météorologie (AEMET) réalise une prévision météorologique spécifique concernant Picos de Europa (indiquez le lien !), qui inclut des informations sur le risque d’avalanches. Les services d’urgence (112) et les bureaux d’accueil du Parc national renseigneront les visiteurs à ce sujet.


Les refuges de montagne sont-ils ouverts toute l’année ? Comment les contacter pour faire une réservation ?

Les refuges n’ouvrent pas toute l’année. La période d’activité est liée à la présence du gardien. Si elle varie d’un refuge à l’autre, elle s’ouvre généralement quelques jours avant Pâques jusque début décembre, caractérisé par un long pont en Espagne. Chaque refuge dispose toutefois d’une pièce équipée de litières et de couvertures (espace pour bivouaquer), accessible en cas d’urgence.

Vous trouverez toutes les coordonnées pour contacter un refuge et lui adresser une réservation sur son site internet (courriel, numéro de téléphone fixe, numéro(s) de portable).

Coordonnées :

Refuge d’Ándara (commune de Cillorigo de Liébana) :
Site internet : http://www.casetondeandara.com
Tél. : +34 635 425 228
Courriel : prochainement

Refuge de Cabaña Verónica (commune de Camaleño) :
Tél. : +34 619 618 175
Courriel : pas disponible à ce jour

Refugio de Collado Jermoso (commune de Posada de Valdeón) :
Site internet : http://www.colladojermoso.com
Tél. : +34 636 99 87 27
Courriel : refugio@colladojermoso.com

Refuge Jou de los Cabrones (commune de Cabrales) :
Site internet : http://www.refugiojoudeloscabrones.com
Tél. : +34 985 925 200 / +34 650 780 381
Courriel : pas disponible à ce jour

Refuge de La Terenosa (commune de Cabrales) :
Site internet : http://fempa.net/la-terenosa
Tél. : +34 630552016
Courriel : pas disponible à ce jour

Refuge de Vegabaño (commune d’Oseja de Sajambre) :
Site internet : http://www.refugiopicos.com
Tél. : +34 699 633 244
Courriel : refugiopicos@gmail.com

Refuge de Vegarredonda (commune de Cangas de Onís) :
Site internet : http://www.vegarredondaremis.com
Tél. : +34 985 922 952 / +34 626 34 33 66
Courriel : contacto@vegarredondaremis.com
Refuge de Vega de Ario (commune de Cangas de Onís) :
Site internet : http://www.refugiovegadeario.es
Tél. : +34 984 092 000 / +34 656 84 30 95
Courriel : refugiodeario@hotmail.com

Refuge de la Vega de Enol (commune de Cangas de Onís) :
Tél. : +34 985 942 828
Courriel : elrefugiovegadeenol@gmail.com

Refuge de Vega de Urriellu (commune de Cabrales) :
Site internet : http://www.refugiodeurriellu.com
Tél. : +34 984 090 981 / +34 638 27 80 41 / +34 650 780 381
Courriel : envoi de messages depuis le site internet


Peut-on pratiquer l’escalade libre dans le Parc national ?

Oui, à condition d’emprunter les voies d’escalade déjà ouvertes. Toute nouvelle voie devra être évaluée au préalable en raison de ses répercussions environnementales éventuelles.

Pour des raisons environnementales (d’une manière générale, la reproduction d’oiseaux), l’instance en charge de l’administration du Parc national Picos de Europa peut fermer de manière temporaire des voies d’escalade ouvertes. Des affiches sont alors placées sur le site afin d’informer les visiteurs et les gardes forestiers du Parc national veillent au respect de ces mesures.

© 2016 Parque Nacional Picos de Europa - Diseño Web: Mr. Crocket